Le bassin de la Semois et ses affluents


Depuis 1996, la Semois belge fait l’objet d’un contrat de rivière. Nos voisins français, depuis fin 1998, ont également mis en place un contrat de rivière associé à un contrat pour le paysage.
Dans le cadre de ces contrats, on parle de plus en plus souvent de bassin versant, alors qu’auparavant les termes de vallées et réseau hydrographique étaient plus usités. Mais, qu’est-ce donc un bassin versant ?
Cette notion fait beaucoup plus référence aux relations entre les activités humaines et l’équilibre écologique d’une rivière et de l’ensemble de son bassin.
Cette façon d’aborder un cours d’eau s’inscrit tout à fait dans la mouvance des contrats de rivières qui examinent et gèrent les relations entre les différents usagers de la rivière et de son bassin.
L’eau qui coule dans une rivière n’a pas une source mais une multitude de sources réparties le long de son parcours. Une rivière naît évidemment à sa source mais grandit au fur et à mesure qu’elle se rapproche de la mer. Elle se charge de l’eau de ses affluents, de l’eau de pluie qui s’est infiltrée dans le sol ou du ruissellement de celle-ci.
L’ensemble des terres qui recueillent les eaux de pluie pour les amener à la rivière, constitue le bassin versant.

1. Situation

La Semois prend sa source à Arlon à une altitude de 413 m. Elle creuse son lit à travers les reliefs et les sols schisteux de l’Ardenne, pour se jeter dans la Meuse à Monthermée en France à 140 m d’altitude.
Le bassin hydrographique de ce magnifique cours d’eau qui s’étend sur les provinces de Luxembourg et de Namur, représente une superficie de 1.229 Km2. Le parcours de la rivière en Belgique est long de 190 Km et en France (où elle se nomme Semoy) de 20 Km.
A vol d’oiseau, le parcours total de la Semois n’est que de 100 Km, ceci à cause des nombreux méandres.
Le débit moyen à Monthermée est de 29 m3 par seconde.
Le bassin de la Semois comprend trois grandes divisions :

  • Le cours supérieur ou haute Semois : de Arlon à Tintigny (389 Km2), un affluent important : la Rulles.
  • Le cours moyen ou moyenne Semois : jusqu’à l’aval de Sainte Cécile (405 Km2), un affluent important : la Vierre.
  • Le cours inférieur ou basse Semois : jusqu’à la confluence Semois/Meuse (525 Km2), trois affluents principaux : les Alleines,
       le ruisseau du Moulin et le ruisseau Saint-Jean.
  • 2. Qualité de l’eau

    Dans le bassin de la Semois, il tombe en une année, de 1.000 à 1.200 litres d’eau par m2. Plus de la moitié de ces précipitations s’évapore directement ou est consommée par les végétaux. Une partie de ces eaux s’infiltre dans le sol et alimente les nappes phréatiques, le reste ruisselle pour rejoindre le cours d’eau.
    Malheureusement, le cycle de l’eau peut subir des accidents. Les eaux usées domestiques, les matières organiques, les engrais, les boues, … peuvent détériorer la qualité de l’eau.
    Bien souvent, on entend parler d’eutrophisation. Ce terme scientifique signifie que l’eau devient trop riche en éléments nutritifs, ce qui a pour conséquence de perturber l’équilibre naturel de la rivière. C’est comme si la rivière était victime d’une "indigestion" qui entraînerait sa mort.
    Les eaux usées évacuées par les égouts et les rejets chargés en matières organiques provoquent un enrichissement de l’eau de la rivière en nitrates et en phosphates.
    Grâce à ces composés chimiques, les bactéries, les algues et les plantes se développent. Les plantes consomment l’oxygène, colonisent la rivière, se décomposent et la combinaison de tous ces éléments amène à une diminution souvent catastrophique, de l’oxygène dissout dans l’eau.
    Parfois, des matières toxiques se dégagent et ce sont les poissons qui périssent. Actuellement, 18 stations d’épuration dans le bassin permettent d’améliorer la qualité des eaux.

    3. Baignade en Semois

    L’arrêté du Gouvernement wallon et la directive "eau de baignade" de la CEE, ont désigné les zones de baignade agréées suivantes. Elles sont soumises à de fréquentes et rigoureuses analyses de la qualité de l'eau, offrant ainsi une garantie de qualité aux baigneurs.

  • Plage du pont St-Nicolas à Chiny.
  • Plage de Lacuisine.
  • Promenade P. Perrin à Herbeumont.
  • Pont de France à Bouillon.
  • Pont de la Poulie à Bouillon.
  • Plage de RécréAlle à Alle.
  • A l’amont du Ru au moulin à Vresse.
  • Les lacs de Neufchâteau et Libramont.

  • C’est l’administration communale concernée par l’une de ces zones de baignades qui, en fonction des résultats d’analyse qu’elle reçoit de la RW, suspend ou non la pratique de la baignade. Les autres endroits sont interdits à la baignade.

    Ensemble, soyons vigilants, cela en vaut vraiment la peine !

    Si vous souhaitez être tenu au courant de l’évolution du Contrat de rivière, le bulletin trimestriel Info Semois/Semoy peut vous être envoyé gracieusement. Veuillez transmettre vos coordonnées à la cellule de coordination.
    Contact Semois: mtassin@ulg.ac.be
    Contact Semoy: semoy.riviere@wanadoo.fr